Welcome!

Weblogic Authors: Yeshim Deniz, Elizabeth White, Michael Meiner, Michael Bushong, Avi Rosenthal

Blog Feed Post

10 « ex bonnes pratiques » à abandonner et... 10 bonnes résolutions pour 2014. Troisième partie : dites non aux Clouds Privés !

 

3 2 1Dans la première partie de cette série de billets, j’ai présenté les 10 « ex bonnes pratiques » à abandonner en 2014.

Dans la deuxième partie, j’ai proposé trois NBP, « Nouvelles Bonnes Pratiques » concernant les postes de travail.

Et trois « ex bonnes pratiques » de moins !

Banned Private CloudDans cette troisième partie, je vais aborder le thème des serveurs et de « l’ex bonne pratique » numéro 4, concernant les clouds privés.

La Nouvelle Bonne Pratique 4 est très simple à formuler :

NBP 4 : Le Cloud Privé sera à jamais banni de ma stratégie informatique.

  

Cloud Privé : une fiction dangereuse

Lorsque l’expression cloud computing a émergé, vers l’année 2008, on ne parlait que d’un seul Cloud, en clair le Cloud Public.

Google Trends cloud ComputingLes avantages industriels du Cloud Public sont bien connus des lecteurs de ce blog ; j’en rappellerai rapidement les principaux :

  • Les fournisseurs industriels du Cloud Public investissent massivement dans des infrastructures de plus en plus puissantes, et font profiter les entreprises clientes des économies d’échelle. Entre 2006 et 2013, AWS, Amazon Web Services, a baissé 32 fois son prix de vente de l’heure de calcul.
  • Pour les entreprises utilisatrices du Cloud Public, c’est un basculement complet d’une logique financière CAPEX (investissements) vers une logique de coûts de fonctionnement OPEX.
  • Le Cloud Public permet de répondre à toutes les problématiques de variabilité de la charge et de l’imprévisibilité de la demande.
  • Les nouvelles ressources d’infrastructures, serveurs ou stockage, peuvent être mises en œuvre en quelques minutes et non pas en quelques jours ou quelques mois.

AWS re-invent 2013-Public vs Private CloudComme le rappelait Amazon à la conférence Re:Invent de 2013, aucun, vraiment aucun des avantages du Cloud Public ne peut se retrouver dans un Cloud privé.

Comment expliquer qu’une idée aussi farfelue, aussi dénuée d’intérêt que le Cloud Public est pu naître et grandir avec autant de rapidité ?

La réponse dans le prochain paragraphe...

  

Cloud Privé : un contre-feu allumé par des « anciens combattants »

Panique à bord ! Une grande partie des fournisseurs traditionnels ont très vite compris que le Cloud Public représentait un danger mortel pour leurs activités liées aux centres de calcul privés.

Journey to the private cloudIls se sont donc rapidement donné le mot et ont allumé ensemble un contre-feu en lui donnant le nom, d’ailleurs bien trouvé, de Cloud Privé.

Leur message ? Oui, le Cloud est une bonne idée, mais il faut commencer par... un Cloud Privé !

Qui sont-ils, ces fans du Cloud Privé ?

  • Les vendeurs de serveurs, IBM, HP, Oracle-Sun, Dell... 
  • Les fournisseurs de solutions de réseaux d’entreprises : Cisco, Juniper...
  • Les éditeurs de logiciels de gestion d’infrastructures : Computer Associates, HP....
  • Les champions de la virtualisation : VMWare, Citrix, Microsoft...
  • Des DSI, heureusement peu nombreux, qui croient encore que leur pouvoir se mesure à la taille de leurs centres de calcul, au nombre de serveurs qu’ils gèrent et aux effectifs de leurs équipes internes.

Et... ils ont raison d’avoir la trouille ! Les entreprises qui basculent tout ou partie de leurs infrastructures sur des solutions de Cloud Public n’achètent plus leurs produits ou leurs services.

On pouvait espérer que les grands acteurs industriels des clouds publics allaient devenir leurs nouveaux clients, mais, hélas pour les fournisseurs historiques, ce n’est pas le cas !

Google, Facebook et beaucoup d’autres conçoivent ou fabriquent leurs propres serveurs, routeurs et autres commutateurs Internet. 

Logo Open Compute ProjectL’exemple le plus emblématique est le mouvement Open Compute Project, lancé par Facebook en avril 2011, il y a presque 3 ans.

Facebook Open Compute SwitchFacebook a mis en « open source » tous les plans de ses centres de calcul, de ses serveurs et de ses outils réseaux. Ceci permet aux très grandes entreprises qui auraient encore besoin d’un centre de calcul privé de profiter, à coût zéro, des « meilleures pratiques » dans tous ces domaines.

Hyve servers on Open Compute Facebook DesignDe nouveaux fournisseurs, tels que Hyve Solutions, se sont précipités dans ce créneau en fournissant des serveurs, routeurs ou commutateurs compatibles Open Compute et OpenFlow.

Quel avantage concurrentiel reste-t-il aux fournisseurs historiques tels que HP, Dell ou Cisco ? Poser la question, c’est fournir la réponse...

  

Cloud Privé : une fausse bonne idée

Le Cloud Privé ne peut offrir aucun des avantages du Cloud Public, toutes les personnes qui font une analyse rationnelle de cette question arrivent à cette même conclusion.

On peut alors se poser une autre question : est-ce que le Cloud Privé à des avantages autres que ceux d’un Cloud Public, et qui pourraient en justifier l’existence ?

NephophobiaQuels sont les arguments utilisés, avec plus ou moins de bonne ou mauvaise foi, par les promoteurs des Clouds Privés ? Ce sont tous ceux qui se basent sur la « néphophobie », la peur du Cloud et que l’on peut rappeler ici :

Sécurité : les clouds privés sont plus sécurisés que les clouds publics, car ce sont les collaborateurs de l’entreprise qui s’en occupent. Il suffit de lire les documents publiés par Google ou Amazon sur leurs mesures de sécurité pour comprendre que 99, 999 % des entreprises n’ont pas les moyens de sécuriser leurs centres de calcul privés avec un niveau équivalent de protection. N’oublions pas non plus que plus de 70 % des failles de sécurité viennent de l’intérieur ! Un responsable réseau mécontent ou licencié, c’est une menace redoutable, à l’intérieur de votre forteresse. 

Target-hackedConfidentialité : « Mes » données seront à l’abri dans « mes » centres de calcul privé ; oui, autant que mon argent sous mon matelas ! La grande enseigne de distribution Target a fait la une ces dernières semaines avec des dizaines de millions de comptes clients piratés ; personne n’a relevé le fait que Target gère ses propres centres de calcul, car le piratage des centres de calcul privés est d’une banalité affligeante.  Pour les pirates, Target était une « cible » très facile ! 

J’ose à peine imaginer tout ce que j’aurais pu lire si les données de Target avaient été gérées par un fournisseur de Cloud Public ! On vous l’avez bien dit ! C’est une honte ! Ils sont nuls ! On ne peut pas leur faire confiance ! Il faut être irresponsable pour confier ses données « stratégiques » à un cloud privé !

Ligne maginotLocalisation des données : mes données sont plus en sécurité si elles sont stockées dans mon pays. Les grands méchants étrangers, tels que la NSA américaine, n’y auront pas accès. Quel angélisme ! Comme si la « ligne maginot Informatique » française avait du sens. Voilà un grand chantier que l’on pourrait confier à nos spécialistes de la sécurité des systèmes d’information : construisez-nous un PHM, Parefeu Hexagonal Maginot.

Posez la question à la Présidence de la République mexicaine dont plusieurs centaines de milliers de courriels ont été piratés dans leur messagerie Exchange gérée en interne.

Il existe encore, hélas, des législations rétrogrades qui obligent certains métiers à mettre en œuvre des politiques d’hébergement de leurs données sur le territoire national. La loi est toujours en retard d’une guerre dans le domaine des technologies, mais les entreprises ne peuvent pas se mettre hors-la-loi et cela permettra, pendant quelques années, aux « clouds souverains » de bénéficier de marchés captifs et non concurrentiels.

  

Synthèse

Yeti in the snowCette quatrième NBP a le mérite de la simplicité ; elle a surtout pour objectif d’éviter aux entreprises de graves et coûteuses erreurs si elles étaient tentées (par toutes les personnes qui y voient leur propre intérêt) de mettre en pratique un concept totalement virtuel, sans existence réelle et... très dangereux.

Résumons : 

« Le Cloud Public, c’est le Yeti de l’informatique, tout le monde en parle, personne ne l’a jamais vu. »

Dans la quatrième partie, je m’occuperai des « ex bonnes pratiques » 5, 6, 7 et 8, relatives aux applications.

 

  

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.

IoT & Smart Cities Stories
In his general session at 19th Cloud Expo, Manish Dixit, VP of Product and Engineering at Dice, discussed how Dice leverages data insights and tools to help both tech professionals and recruiters better understand how skills relate to each other and which skills are in high demand using interactive visualizations and salary indicator tools to maximize earning potential. Manish Dixit is VP of Product and Engineering at Dice. As the leader of the Product, Engineering and Data Sciences team at D...
Dynatrace is an application performance management software company with products for the information technology departments and digital business owners of medium and large businesses. Building the Future of Monitoring with Artificial Intelligence. Today we can collect lots and lots of performance data. We build beautiful dashboards and even have fancy query languages to access and transform the data. Still performance data is a secret language only a couple of people understand. The more busine...
Bill Schmarzo, author of "Big Data: Understanding How Data Powers Big Business" and "Big Data MBA: Driving Business Strategies with Data Science," is responsible for setting the strategy and defining the Big Data service offerings and capabilities for EMC Global Services Big Data Practice. As the CTO for the Big Data Practice, he is responsible for working with organizations to help them identify where and how to start their big data journeys. He's written several white papers, is an avid blogge...
Nicolas Fierro is CEO of MIMIR Blockchain Solutions. He is a programmer, technologist, and operations dev who has worked with Ethereum and blockchain since 2014. His knowledge in blockchain dates to when he performed dev ops services to the Ethereum Foundation as one the privileged few developers to work with the original core team in Switzerland.
René Bostic is the Technical VP of the IBM Cloud Unit in North America. Enjoying her career with IBM during the modern millennial technological era, she is an expert in cloud computing, DevOps and emerging cloud technologies such as Blockchain. Her strengths and core competencies include a proven record of accomplishments in consensus building at all levels to assess, plan, and implement enterprise and cloud computing solutions. René is a member of the Society of Women Engineers (SWE) and a m...
Andrew Keys is Co-Founder of ConsenSys Enterprise. He comes to ConsenSys Enterprise with capital markets, technology and entrepreneurial experience. Previously, he worked for UBS investment bank in equities analysis. Later, he was responsible for the creation and distribution of life settlement products to hedge funds and investment banks. After, he co-founded a revenue cycle management company where he learned about Bitcoin and eventually Ethereal. Andrew's role at ConsenSys Enterprise is a mul...
Whenever a new technology hits the high points of hype, everyone starts talking about it like it will solve all their business problems. Blockchain is one of those technologies. According to Gartner's latest report on the hype cycle of emerging technologies, blockchain has just passed the peak of their hype cycle curve. If you read the news articles about it, one would think it has taken over the technology world. No disruptive technology is without its challenges and potential impediments t...
If a machine can invent, does this mean the end of the patent system as we know it? The patent system, both in the US and Europe, allows companies to protect their inventions and helps foster innovation. However, Artificial Intelligence (AI) could be set to disrupt the patent system as we know it. This talk will examine how AI may change the patent landscape in the years to come. Furthermore, ways in which companies can best protect their AI related inventions will be examined from both a US and...
Bill Schmarzo, Tech Chair of "Big Data | Analytics" of upcoming CloudEXPO | DXWorldEXPO New York (November 12-13, 2018, New York City) today announced the outline and schedule of the track. "The track has been designed in experience/degree order," said Schmarzo. "So, that folks who attend the entire track can leave the conference with some of the skills necessary to get their work done when they get back to their offices. It actually ties back to some work that I'm doing at the University of San...
When talking IoT we often focus on the devices, the sensors, the hardware itself. The new smart appliances, the new smart or self-driving cars (which are amalgamations of many ‘things'). When we are looking at the world of IoT, we should take a step back, look at the big picture. What value are these devices providing. IoT is not about the devices, its about the data consumed and generated. The devices are tools, mechanisms, conduits. This paper discusses the considerations when dealing with the...